Aborder les identités de genre au collégial

Objectifs de l'outil

Aider les enseignant·e·s à intervenir avec les étudiant·e·s qui se questionnent sur leur identité de genre, les étudiant·e·s trans ou ceux et celles non-conformes au niveau du genre ;
Comprendre les identités de genre au collégial pour répondre aux questions des étudiant·e·s à ce sujet et favoriser un climat d’inclusion.
Aborder les identités de genre au collégial

Description brève de l'enjeu

De manière stéréotypée, on considère le genre comme étant binaire, c’est-à-dire comme ne pouvant être que masculin ou féminin. Ainsi, on catégorise nos étudiant·e·s comme « garçons » ou comme « filles ». Or, certains d’entre eux et certaines d’entre elles ne s’identifient pas à l’un de ces deux genres ou peuvent se questionner quant à ces stéréotypes qui ne les rejoignent pas. Afin de déconstruire les stéréotypes sexuels, il est important de comprendre les différentes identités de genre non seulement pour mieux guider les enfants qui se questionnent ou qui vous posent des questions à ce sujet, mais aussi pour interagir de façon inclusive avec vos étudiant·e·s.

Un peu de vocabulaire

Le vocabulaire employé pour décrire les identités transgenres évolue continuellement et il peut être difficile de s’y retrouver (Agence de la santé publique du Canada, 2010). Plusieurs lexiques ont été créés afin de clarifier le vocabulaire utilisé lorsqu’on parle de diversité sexuelle et de genre.

L’infographie de la personne gingenre illustre bien les concepts d’identité de genre (i.e. si on s’identifie comme homme, femme ou à un autre genre), d’expression de genre (à quel genre notre habillement et nos attitudes sont associés), de sexe biologiques (marqueurs biologiques qui nous associent au sexe mâle ou femelle) et d’attirance sexuelle et émotionnelle (souvent appelée « orientation sexuelle »).

 

Document

La personne gingenre v3.3
Taille du fichier: 211 KB (application/pdf)

Comment interagir avec des étudiant·e·s trans ou de genre non-conforme?

S’il peut sembler délicat ou stressant d’interagir avec des étudiant·e·s trans ou non-conformes dans leur genre, il faut garder à l’esprit qu’ils et elles ont besoin, comme tous les autres étudiant·e·s, d’être écoutés, rassurés et respectés sans se sentir jugés. Voici quelques conseils pour favoriser un enseignement et des interactions inclusives avec tous les jeunes :

  1. Demandez-leur quels pronoms et quel prénom ils et elles préfèrent et efforcez-vous de les utiliser à chaque fois que vous leur adressez la parole ou que vous parlez d’eux ou d’elles. Il est plus respectueux d’admettre que vous ne savez pas comment le ou la jeune s’identifie que de présumer le savoir.
  2. Ne posez pas de questions à l’étudiant·e par rapport à ses organes génitaux (opération, hormonothérapie, etc.) : la seule chose qui importe est que l’enfant se sente bien et soit respecté. Si l’enfant souhaite vous en parler, il ou elle le fera et vous serez là pour l’écouter et l’aider à trouver les réponses à ses questions.
  3. Lorsqu’un ou une étudiant·e révèle son identité de genre, discutez avec lui ou elle des personnes auxquelles il ou elle a révélé son identité, de celles qui le soutiennent ou non, et des personnes auxquelles il ou elle souhaite révéler son identité avec votre aide. Ne parlez pas de l’identité de l’élève avec les personnes auxquelles il ou elle n’a pas encore révélé son identité de genre.
  4. Assurez-vous de créer un milieu sécuritaire pour l’étudiant·e et ne tolérez aucune insulte homophobe ou transphobe.
  5. Utilisez un langage neutre et inclusif lorsque vous vous adressez à la classe. Par exemple, évitez de catégoriser vos élèves de façon binaire en employant les termes « les garçons » et « les filles ».

Le guide Pratiques exemplaires : sept domaines d’intervention dans le milieu scolaire créé par la coalition des familles homoparentales est aussi une bonne ressource pour les directions et le personnel enseignant qui souhaitent créer des milieux inclusifs, de même que le document Mesures d’ouverture et de soutien envers les jeunes trans et les jeunes non binaires, conçu par la Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation.

Références

AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA (2010). Questions et réponses : L’identité sexuelle et de genre à l’école, Ottawa, 27 pages, accessible à : http://www.sieccan.org/pdf/phac_genderidentity_qa-french.pdf

COALITION DES FAMILLES HOMOPARENTALES (2014). Pratiques exemplaires : sept domaines d’intervention dans le milieu scolaire, 17 pages, accessible à : https://www.familleslgbt.org/documents/pdf/CFH_MELS_Module_Best_Practices_FRA.pdf

COALITION DES FAMILLES LGBT (2016). Lexique, 8 pages, accessible à : https://www.familleslgbt.org/documents/pdf/CFH_MELS_Module_Lexique_FRA.pdf

COALITION DES FAMILLES LGBT (s.d.). Définitions sur la diversité sexuelle et de genre, 4 pages, accessible à : https://www.familleslgbt.org/documents/pdf/Definitions.pdf

COALITION DES FAMILLES LGBT (s.d.). Réagir… aux propos et gestes homophobes des enfants, 4 pages, accessible à : https://www.familleslgbt.org/documents/pdf/CFH_Older_Lime_Module_Reacting2014_FRA.pdf

DUBUC, Dominique (2017). LGBTQI2SNBA+ : Les mots de la diversité liée au sexe, au genre et à l’orientation sexuelle, Comité orientation et diversité sexuelles, fneeq-CSN, 16 pages, accessible à : https://www.familleslgbt.org/documents/pdf/Glossaire-FNEEQ-CSN_FRA.pdf