Cercles de lecture père-enfants

Objectifs de l'outil

Favoriser le goût de la lecture et renforcer les compétences en lecture et en écriture des élèves, particulièrement des garçons ;
Réduire l'association lecture = activité de fille.

Description brève de l'enjeu

Les différences entre la réussite des garçons et des filles se manifestent davantage dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture que dans les autres matières. Les différences que l’on commence à observer dès le primaire continuent d’être marquées au secondaire et même de s’accroître pour la lecture (UQAR, 2007). Or, la lecture est une compétence essentielle à la réussite éducative et à la persévérance scolaire. Pour diminuer cet écart, il faut éveiller le goût de la lecture, tant chez les garçons que les filles, dès le début du primaire et lutter contre les stéréotypes qui soutiennent que la lecture est une activité essentiellement féminine.

Aujourd’hui encore, les garçons perçoivent la lecture comme une activité féminine (Sokal, 2002), les mères faisant la lecture plus souvent que les pères et lisant elles-mêmes davantage pour le plaisir. Comme les garçons veillent à ne pas être identifiés aux réalités dites féminines, ces stéréotypes les amènent à ne pas développer suffisamment cette compétence essentielle à la réussite éducative (Point de match, 2014). Une équipe de chercheur·e·s de l’UQAR a mené, de 2006 à 2010, un projet de recherche-action dans la commission scolaire des Phares qui visait à développer le goût de la lecture chez des garçons à risque d’échec. Les résultats positifs de ce projet en termes d’habitudes de lecture chez les garçons portent à croire que le projet pourrait être reproduit dans divers milieux. Voici donc les étapes du projet afin de vous permettre de mettre sur pied ces cercles de lecture père-fils ou père-enfant.

1. Recrutement

Présenter aux pères, par le biais de lettres, d’appels téléphoniques et de rencontres préparatoires, les cercles de lecture comme une activité agréable génératrice de moments privilégiés entre pères et fils afin de recruter un maximum de 12 participants par groupes (six couples père-fils).

2. Première rencontre préparatoire

Organiser une rencontre où seulement les pères (sans les fils) sont invités afin de leur présenter le projet plus en profondeur, de dissiper leurs inquiétudes et de vérifier leurs habitudes de lecture et le type de supports écrits souhaités. Cette rencontre doit aussi permettre de noter les disponibilités des pères et d’organiser le calendrier en conséquence.

3. Deuxième rencontre préparatoire

Rencontre rassemblant les pères et les fils. En fonction des suggestions faites par les pères, apporter des livres, revues, etc. susceptibles d’intéresser autant les pères que les fils. Si les choix de livre peuvent, au départ, être plus « stéréotypés » (p. ex. des revues de chasse et pêche et de sports, le Guide de l’auto, etc.), un effort doit être fait pour amener peu à peu des livres qui présentent des modèles variés de masculinité. Objectif principal de la deuxième rencontre préparatoire : amener les participants à choisir un livre et leur donner une « mission » de lecture à faire à la maison. Les missions doivent susciter avant tout le plaisir de lire. Voici des exemples de missions utilisées dans le projet de recherche :

  • Faire un jeu-questionnaire sur la chasse;
  • Associer son fils ou son père à un animal du livre sur les mammifères de chez nous;
  • « Chercher l’erreur » en comparant une bande dessinée à un film;
  • Préparer une question secrète pour son père ou son fils à propos d’une merveille du monde.

4. Rencontres de mise en commun

À chaque semaine (ou tout autre intervalle de temps entre les rencontres), une rencontre de mise en commun a lieu.

  • Ces rencontres doivent débuter avec une période d’accueil, où les participants sont invités à parler du déroulement de leurs activités de lecture à la maison. C’est l’occasion pour la personne qui anime la rencontre de s’assurer que les discussions se déroulent dans un climat respectueux et que chacun se sente à l’aise de s’exprimer.
  • Les participants sont ensuite répartis en sous-groupes de deux ou trois couples père-fils pour discuter de la mission de lecture reçue lors de la rencontre précédente.
  • Un retour en plénière permet ensuite aux participants de partager l’expérience vécue et de faire des commentaires ou des suggestions pour améliorer les cercles de lecture. La rencontre se termine ensuite par le choix du prochain sujet de lecture parmi trois sujets proposés par la personne animatrice, propositions qui tiennent compte des discussions de la rencontre précédente.

Le nombre de rencontres au total dépend de l’intérêt des participants. Les missions et les sujets de lecture doivent vraiment s’adapter aux pères et aux fils qui forment le groupe afin que tous y prennent plaisir.

Références

BOYER, Marie-Christine (2009). La lecture et l’écriture chez les garçons… de A à Z. Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Québec, 33 pages. Accessible à: http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/PSG/statistiques_info_decisionnelle/LaLectureEtLEcritureChezLesGarcons_DeAaZ.pdf

JEAN, Pauline (s.d.). « Cercles de lecture pères-fils », Le Monde alphabétique, pp. 22-24, accessible à : http://bv.cdeacf.ca/documents/PDF/rayonalpha/mondealpha/ma21/ma21g.pdf

POINT DE MATCH (2014). « Associer le plaisir de lire au plaisir de bouger! », Une école montréalaise pour tous, 16 pages.

SOKAL, Laura (2002). « On cherche de l’aide : les garçons et la lecture », Interaction, vol. 15, n° 4, hiver 2002, p. 13-14, accessible à : www.Idac-taac.ca/Research/boys-reading-f.asp.